Ronaldinho libéré de l’assignation à résidence au Paraguay

La star brésilienne à la retraite Ronaldinho a été libérée lundi 24-08-2020, après avoir passé cinq mois en détention au Paraguay pour être entrée dans le pays avec un faux passeport.

Le juge paraguayen Gustavo Amarilla a prononcé une peine avec sursis de deux ans de prison pour Ronaldinho et son frère Roberto de Assis Moreira, et a accordé leur libération. Les frères devront également payer une amende de 200 000 $ (151 700 £) entre eux deux.
Tous deux ont été arrêtés en mars dernier pour possession et utilisation de faux passeports paraguayens. En effet les deux frères ont visité le pays pour mener des activités commerciales.

L’international brésilien avait déjà été libéré d’une prison de haute sécurité au Paraguay. Mais, il avait été condamné à être assigné à résidence dans un hôtel de luxe pendant qu’il faisait l’objet d’une enquête.

Ronaldinho


Ronaldinho pourra retourner au Brésil immédiatement.

Les avocats de la défense Tarek Tuma et Alcides Cceres ont déclaré que leurs clients s’établiraient à Rio de Janeiro.

Ronaldinho, champion du monde avec le Brésil en 2002 et ancienne star de Barcelone, Milan et Paris Saint-Germain, entre autres clubs, a eu 40 ans au Paraguay. Il est venu dans le pays invité par une fondation locale, soi-disant pour présenter son autobiographie, soutenir une école pour enfants pauvres et inaugurer un casino.

Le procureur Marcelo Pecci a déclaré que Ronaldinho et son frère avaient bénéficié d’une procédure judiciaire écourtée parce qu’ils admettaient avoir eu des documents juridiques officiels paraguayens mais de contenu faux et parce qu’ils avaient plaidé de bonne foi.

Ronaldinho a déclaré aux autorités locales que le document était un cadeau d’un homme d’affaires brésilien, également emprisonné. Il s’est vu confisquer son passeport brésilien chez lui en raison d’une enquête sur des crimes contre l’environnement présumés. Cependant le document lui a été rendu en septembre. Un mois plus tard, il a joué dans un match amical en Israël.

Il aurait pu passer jusqu’à cinq ans en prison.

(1)